Politique / En chemin?

Donald Trump aurait-il, enfin, enfilé son costume de président?

Son discours devant le Congrès a montré un homme plus posé. Très loin, en tout cas, de l’auteur des tweets rageurs et ravageurs. Le changement de ton laisse à penser qu’il aurait pris la mesure de sa fonction. Il est toutefois resté fidèle à ses propos de campagne, mais en adoucissant sa parole. A croire qu’il a entendu les critiques qui n’ont pas manqué de fuser depuis qu’il s’est installé derrière le bureau ovale. Il s’est ainsi ému de la recrudescence des actes racistes et antisémites qui ont suivi son élection.

En matière économique, la préférence nationale est toujours son credo. Il a ainsi fait mine d’avoir entendu les patrons de la Silicon Valley. Si la construction du mur entre le Mexique et les USA et la lutte contre les clandestins restent ses priorités, il a laissé entendre que les Etats-Unis pourraient s’engager sur la voie de l’immigration sélective. En attirant des gens formés et donc en mesure de faire immédiatement bénéficier l’économie américaine de leur savoir-faire.

Trump s’est aussi montré moins vindicatif sur le protectionnisme économique. Il semble avoir compris que les exportations vont de pair avec les importations et qu’il n’est donc pas possible de surtaxer les unes sans freiner les autres. S’il entend rester le président qui a refait de l’isolationnisme une antienne politique américaine, il n’en demeure pas moins qu’il a réaffirmé vouloir augmenter le budget militaire. Alors même que celui-ci dépasse actuellement, et de loin, les budgets russe et chinois réunis.

Une gageure inquiétante même s’il s’agit, avec les investissements promis dans les infrastructures, de relancer l’économie. Les bruits de bottes ne sont jamais rassurants et n’évitent pas de perdre une guerre sur le tapis de la politique, même si elle est gagnée sur le terrain. Washington devrait en savoir quelque chose.

Donald Trump n’a donc pas levé toutes les contradictions inhérentes à son discours. Il a toutefois mis de l’eau dans son vin et donné des gages aux milieux d’affaires. Et il a montré qu’il était capable de prendre la mesure de sa fonction. Reste à savoir s’il est déterminé à poursuivre sur ce chemin.

Jacques Hillion

PARTAGER
Article précédentLa fin des certitudes
Article suivantPolitique / Buté