Garçon, un «russiano», s’il vous plaît!

Les réseaux sociaux ont cru comprendre que le premier ministre russe, Dmitri Medvedev, avait estimé qu’il était possible rebaptiser russiano le café allongé, habituellement dénommé americano. Le chef du gouvernement russe n’a jamais rien proposé de tel – ce n’était qu’une plaisanterie –, mais certains cafés russes se sont dépêchés d’ajouter cette nouvelle boisson à leur carte.

Dmitri Medvedev est devenu malgré lui la source de blagues sur un café « absolument pas politiquement correct ». Au cours d’une réunion du Conseil intergouvernemental eurasien, le 16 novembre, l’un des délégués a déclaré que « le café oriental » aidait à tenir le coup.

Ce à quoi le premier ministre russe a répondu que la dernière fois, il avait « changé de café en demandant un americano ». « Mais ce n’est absolument pas politiquement correct. Il faut renommer l’americano », a-t-il ajouté en souriant. « En russiano », a immédiatement répondu un membre de la délégation arménienne.

Les voix des deux hommes se ressemblant, c’est Dmitri Medvedev qui est passé pour l’auteur de cette proposition. Qui plus est, ceux qui n’ont pas vu la vidéo de la séance ont même pris cette proposition au sérieux.

Très vite, on a compris que l’ex-président n’y était pour rien, mais l’hilarité et la créativité des Russes étaient en marche et inarrêtables : les réseaux sociaux ont été inondés de plaisanteries sur « le café du premier ministre » et les médias ont pris le relais, diffusant cette idée encore plus largement.
« Officiers, des russianos ! ».

D’autres appellations ont même été proposées par analogie avec ce russiano. « Étant données la vanité de l’existence et les difficultés du moment, je propose de rebaptiser l’expresso en dépresso », a déclaré Dmitri Medvedev. « Et de fondre en larmes », a tweeté Matou d’automne.
21 novembre 2016 Ekaterina Sinelchtchikova